Unicef

Partenaire de la jeunesse nigèrienne

Visitez et aimez notre page

www.Facebook.com/jeunesseduniger

Jeunesse du Niger

Unisons-nous et construisons le Niger de demain

vendredi 21 novembre 2014

SOS POUR LA SAUVEGARDE DE GAROU




Patrimoine national en péril, le garou est une impressionnante muraille en terre construite en 1856 pour protéger le sultanat de la région du Damagaram actuelle Zinder contre les attaques extérieures. Ce sont des murailles de 9 à 10 mètres de hauteur sur 12 à 14 mètres à la base aux environs des portes. Selon certaines sources, lors de la construction du mur sur recommandation des marabouts et des chasseurs( qui détiennent des pouvoirs mystiques), trois(3) jeunes filles et 4 corans furent emmurés.
Aujourd'hui, le seul morceau qui reste de ce mur historique se trouve laissé à la merci des eaux des pluies. J'en suis certain que si des mesures de protections ne sont prises d'ici peu, il ne résistera pas au premier orage.
Ce joyau reçoit une centaine des visiteurs par an. Et c'est cela même qui caractérise son impacte historique.
Assumeront nous cette disparition qui s'effectue sous nos yeux ou bien allons-nous agir pour la génération future?

jeudi 20 novembre 2014

25 ans de la CDE : Communiqué de presse de l’UNICEF

I
Il est nécessaire d’agir de toute urgence pour éviter que des millions d’enfants ne soient privés des avantages de l’innovation, affirme l’UNICEF dans un nouveau rapport publié à l’occasion du 25ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant. La connectivité et la collaboration peuvent permettre d’alimenter de nouveaux réseaux mondiaux pour tirer profit de l’innovation et atteindre chaque enfant, d’après l’organisation de défense des droits de l’enfant.

Le rapport, La Situation des enfants dans le monde – Réimaginer l’avenir, l’innovation pour chaque enfant, appelle les gouvernements, les professionnels du développement, les entreprises, les militants et les communautés à travailler ensemble pour faire émerger de nouvelles idées afin de faire face aux problèmes les plus urgents auxquels sont confrontés les enfants – et trouver de nouveaux moyens de transposer à plus grande échelle les innovations locales les plus prometteuses.

Le rapport est une compilation participative des innovations de pointe et une plateforme interactive qui répertorie les innovations dans des pays du monde entier et invite les innovateurs à inscrire leurs propres idées « sur la carte ».   
« Les inégalités existent depuis la nuit des temps, mais l’innovation aussi – et elle a toujours permis de faire progresser l’humanité, » a affirmé le Directeur général de l’UNICEF Anthony Lake. « Dans un monde plus connecté que jamais, les solutions locales peuvent avoir un impact mondial – et bénéficier, dans tous les pays, aux enfants encore confrontés chaque jour aux inégalités et à l’injustice. »
 
« Pour que l’innovation bénéficie à chaque enfant, nous devons être plus innovants– en repensant la manière dont nous faisons émerger et alimentons de nouvelles idées pour régler les problèmes les plus anciens, a affirmé Anthony Lake. Les meilleures solutions aux défis les plus ardus ne viendront pas exclusivement « d’en haut » ou « d’en bas », ni d’un groupe de pays vers un autre. Elles viendront de nouveaux réseaux de solution des problèmes et de communautés d’innovation traversant les frontières et les secteurs pour atteindre ceux qui sont les plus difficiles à atteindre – et elles viendront des jeunes, des adolescents et des enfants eux-mêmes. »

L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Convention relative aux droits de l’enfant en 1989. Depuis, d’importants progrès ont été réalisés pour faire avancer les droits de l’enfant – avec notamment une réduction considérable du nombre de décès d’enfants avant l’âge de cinq ans et un accès accru à l’éducation et à l’eau salubre. 

Néanmoins, les droits de millions d’enfants sont violés chaque jour, les 20 % d’enfants les plus démunis du monde courent deux fois plus de risques que les 25 % les plus riches de mourir avant leur cinquième anniversaire, près d’un enfant sur quatre dans les pays les moins avancés travaille, et des millions d’enfants sont régulièrement victimes de discrimination, de violences physiques et sexuelles, de maltraitance et de négligence.
Le dernier rapport phare de l’UNICEF affirme que des innovations telles que les sels de réhydratation orale ou les aliments thérapeutiques prêts à l’emploi ont permis des changements radicaux dans la vie de millions d’enfants au cours des 25 dernières années – et qu’il est impératif de disposer de davantage de produits, processus et partenariats innovants pour faire respecter les droits des enfants les plus difficiles à atteindre. Ce rapport entièrement numérique présente un contenu multimédia et interactif invitant les lecteurs à partager leurs propres idées et innovations, et met en avant des innovations remarquables issues d’un large éventail de pays qui améliorent déjà les conditions de vie dans des pays du monde entier, notamment :
·        Solar Ear (« Oreille solaire »), le premier chargeur de batterie rechargeable pour appareil auditif dans le monde, développé pour répondre aux besoins de communautés sans accès permanent à l’électricité; il peut être chargé grâce à l’énergie solaire, aux lumières domestiques, ou à un téléphone portable. (Tendekayi Katsiga, Deaftronics, Botswana / Zimbabwe)
·        La prise en charge par la communauté de la malnutrition aiguë, un modèle de soins qui s’éloigne du modèle traditionnel, coûteux et à faible couverture des centres d’alimentation thérapeutique gérés par les organismes d’aide, permet de traiter les personnes chez elles avec l’appui de centres de consultation locaux et en utilisant des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi. (Steve Collins, co-fondateur et Directeur de VALID Nutrition)
·        De nouvelles manières d’impliquer les jeunes Libériens en pleine crise Ebola via U-report, un système développé avec les jeunes et via les téléphones portables, qui permet d’étudier quels sont les problèmes les plus importants pour eux.(UNICEF, Libéria)
·        Les écoles flottantes qui permettent un accès à l’éducation toute l’année aux enfants vivant dans des régions exposées aux inondations au Bangladesh. (Mohammed Rezwan, Directeur général fondateur de l’ONG Shidhulai Swanirvar Sangstha)
·        Vibrasor, un appareil inventé par deux adolescentes en Colombie, pour aider les personnes atteintes de troubles auditifs à se déplacer en sécurité en milieu urbain à forte fréquentation. (Isamar Cartagena, Katherine Fernandez)
·        Afin de trouver une nouvelle solution pour aider ceux qui n’ont pas d’accès régulier à l’électricité au Nigeria, quatre adolescentes ont inventé un générateur alimenté par l’urine. (Nigeria)
 
 
« Il y a tellement de jeunes inventeurs sur la planète – même dans les endroits les plus reculés – désireux de changer le monde pour les enfants, » affirme Bisman Deu, 16 ans, de Chantigarh, en Inde, dont l’invention, un matériau de construction fait à partir de déchets de riz, figure dans le rapport de l’UNICEF.
« Chaque pays a des problèmes différents, précise la jeune fille,  et chaque personne a des solutions différentes. Nous devons tirer des leçons de nos expériences mutuelles, nous rassembler pour former une communauté mondiale d’innovation et continuer de trouver des idées capables de faire véritablement changer les choses. »
L’UNICEF a donné la priorité à l’innovation dans son réseau de plus de 190 pays, en mettant en place des centres dans le monde, notamment en Afghanistan, au Chili, au Kosovo, en Ouganda et en Zambie pour favoriser de nouvelles manières de penser, de travailler et de collaborer avec des partenaires et de promouvoir les talents locaux.

mercredi 19 novembre 2014

4ème congrès ordinaire du Syndicat des Travailleurs de l’Education Nationale du Niger : Les syndicats de l’éducation mobilisés pour barrer la route à Ebola.





Venus de toutes les huit régions de notre pays, les syndiqués du SNEN, du SNED, les parents d’élèves et les structures d’élèves réunis,  autour du SYNTEN, le Syndicat des Travailleurs de l’Education Nationale du Niger se sont donnés rendez-vous ce samedi au CCOG pour leur 4èmecongrès ordinaire. Actualité oblige, le thème retenu pour cette rencontre a été : les syndicats de l’éducation mobilisés pour la lutte contre la fièvre hémorragique Ébola. Bien que notre pays n’ait connu aucun cas de la maladie à virus Ebola, ces enseignants ont jugé utile d’avoir les vraies infos sur sa prévention. Dans les pays touchés par cette maladie, beaucoup d’écoles ont été désertées et/ou fermées compromettant ainsi l’avenir de ces nations. La sécurisation de nos écoles est plus que nécessaire.


Le SYNTEN a alors fait appel à la Commission Communication du Comité National de lutte contre ce fléau. A cette rencontre, les enseignants n’étaient pas seuls, ils ont été rejoint par les élèves qui voulaient eux aussi connaitre cette maladie afin de pouvoir la prévenir. Au terme des présentations sur l’historique de la maladie,  les manifestations ; les voies de transmissions ; la pratique des lavages des mains, s’en est suivie une série de questions-réponses. Des questions articulées autour des signes de la maladie, la mise en quarantaine des malades, l’enterrement des morts ou encore le contrôle au niveau des  frontières.

En répondant aux questions, les membres de la commission communication ont insisté sur le fait qu’au Niger, on est à une phase de prévention et que les populations doivent plutôt respecter les mesures de prévention plutôt que s’alarmer.

Des dépliants et des flyers comportant les informations sur la maladie, ses modes de transmission, les signes de l’Ebola, l’importance du lavage des mains à l’eau propre et au savon, ainsi que de l’impératif de se rendre au plus vite au centre de santé en cas de signes, ont par ailleurs été distribué aux participants.

 

 

mardi 18 novembre 2014

Implication des religieux dans la prévention de l’Ebola



 

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan National de préparation et de réponse de la Maladie à virus Ebola,  le ministre de la Santé Publique, M. Mano Aghali a rencontré, le mardi 11 novembre  les leaders religieux musulmans et le mercredi 12 novembre, les chrétiens. A l’ordre du jour, échanger sur les mesures prises par le Niger, sensibiliser, mobiliser et plaider auprès des leaders religieux pour barrer la route à Ebola.

Devant les représentants des associations musulmanes et chrétiennes,  le ministre de la Santé Publique a  rappelé le contenu en trois phases du plan national  , avant  l’épidémie, pendant et après de concert avec les partenaires techniques. En prenant la parole, les religieux, ont démontré leur entière disponibilité à participer à ce combat. « Le Coran prévoit des  mesures exceptionnelles pour des situations exceptionnelles comme une épidémie » soulignent les associations musulmanes qui se sont engagées à faire des prêches de sensibilisation notamment  sur le lavage des mains à l’eau propre et au savon. D’ores et déjà, elles sont en train de traduire le dépliant en arabe. Tout comme les leaders musulmans, les leaders chrétiens aussi ont apporté leur soutien à ce plan d’urgence tout en annonçant s’engager dans la même dynamique. Deux rencontres au cours desquelles 200 dépliants et 600 flyers ont été distribués.

En vue d’une synergie d’actions, Il est envisagé que  les deux groupes produisent des sermons communs et harmonisés pour la sensibilisation des fidèles.